Les gorges de Courgoul avec un guide particulier

En ce doux dimanche pascal, nous sommes allés randonner le long des gorges de Courgoul. Un parcours de remise en forme pour ce début de saison de randonnée pédestre, avec environ 13Km et 800m de dénivelée, de part et d'autre des gorges. Une balade originale puisque nous avons été accompagnée tout du long par un chien fort sympathique, quoiqu'un peu têtu sur la petite portion de route de notre boucle.

static.flickr.com_44_130729338_c25259b8f0_t.jpgContrairement à une précédente expérience, ce chien nous a suivi dès le début de la randonnée.

Car l'année dernière, un chien nous avait rejoint en milieu de parcours, avant une grosse portion de route, ce qui nous a causé beaucoup de soucis (il courait après les voitures !), mais aussi à l'arrivée pour le rendre à son propriétaire. Pour la petite histoire, c'était le chien de l'instituteur du coin, qui était finalement venu le chercher au bar ou un client l'avait reconnu (le chien). Bon, revenons à notre chien ! Bref, il nous a suivi tout du long, il a fallu que je lui apprenne à marcher à mes côtés pour le passage sur la route, mais il a bien coopéré et la route n'était pas trop passante.

L'itinéraire était assez varié avec de jolies vues. Nous sommes parti du creux des gorges pour grimper en haut et longer le ruisseau sur les hauteurs.static.flickr.com_55_130737575_6fd0c9f2c6_t.jpg
static.flickr.com_46_130737469_23a1aeed12_t.jpg On a pu apercevoir deux spécimens de lézard vert, dont un qui visiblement venait de faire sa mue (déduction faite d'après la photo).
En cette mi-avril, déjà beaucoup de fleurs tapissaient les chemins, prairies et sous-bois, dont des violettes et des brins de muguet (mais pas encore fleuris eux).static.flickr.com_1_130742054_b3c55d0b8f_t.jpg
static.flickr.com_46_130737351_11dd5abdeb_t.jpgNous sommes restés sur les hauteurs jusque Courgoul, où nous sommes redescendus (aïe les cuisses) près du ruisseau que nous avons longé un moment, avant de remonter sur l'autre coteau (ouille les mollets) pour couper un méandre du ruisseau. Le chien (on n'a pas trouvé de nom auquel il répondait, pourtant, on a bien essayé), lui, gambadait, montait loing devant, redescendait, puis remontait comme si il voulait qu'on monte plus vite. “Hého, doucement ! Ça grimpe raide là !”. Au moins ça nous fera un bon entraînement pour notre semaine dans le Jura fin mai.

Enfin, arrivés en haut, et avant de redescendre sur le hameau de la valette, on a fait une pause thé et petits gâteaux. Là, las, on a été rassuré de voir qu'il était tout de même aussi un peu fatigué.

static.flickr.com_46_130741813_bf7a4469a1_m.jpg

Voir d'autres photos

~~DISCUSSION~~

Afficher le texte sourceAnciennes révisionsDerniers changements

Copyright © Nicolas Dumoulin, 2008 — Droits